Endoscopy 2015; 47(04): 391
DOI: 10.1055/s-0035-1547029
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Mathus-Vliegen EMH et al., pp. 302

Further Information

Publication History

Publication Date:
31 March 2015 (online)

 

Elisabeth M. H. Mathus-Vliegen, Peter R. H. Alders, Ram Chuttani, Joost Scherpenisse. Outcomes of intragastric balloon placements in a „private practice setting.

Commentaires: Maxime Palazzo, Gilles Lesur, Julien Branche, Laurent Heyries

La pose de ballon intra-gastrique est une des modalités actuelles de prise en charge de l’obésité. La plupart des données disponibles dans la littérature proviennent de centres de référence universitaires.

Le but de l’étude réalisée à Amsterdam par Mathus-Vliegen EMH et al. était d’évaluer l’efficacité et la tolérance de la pose de ballon intra-gastrique en pratique privée. L’évaluation qui portait sur 815 patients (684 femmes, 131 hommes) d’âge moyen 36,5 ans, de poids moyen 111,7 kg et de BMI moyen 38,1 kg/m2 était rétrospective. Les données sur la perte de poids étaient disponibles chez 672 patients. La perte moyenne de poids était de 27,9 kg, soit 7,2 unités de BMI. Une perte de poids considérée comme efficace (supérieure ou égal à 10 %) était obtenue chez 85 % des patients. Chez les 372 patients revus une seule fois au moment de l’ablation du ballon la perte de poids moyenne était de 19,4 kg (6,6 unités de BMI). Des complications sévères survenaient dans 4 cas (0,4 %): il s’agissait de 2 déshydratations sévères et de 2 occlusions causées par la vidange du ballon qui allaient imposer un traitement chirurgical. Trente-cinq ballons (4,3 %) vidangés de leur contenu étaient éliminés par voie rectale sans effet indésirable. Une œsophagite sévère était diagnostiquée chez 12 patients (1,5 %). Un retrait du ballon était nécessaire durant le premier mois après son installation dans 53 cas (6,5 %) mais seulement 9 de ces retraits (1,1 %) étaient indiqués pour des raisons médicales.

Cette grande étude réalisée en pratique privée confirme l‘efficacité et la faible morbidité d’une technique qui a toute sa place dans la prise en charge non médicale de l’obésité.