Endoscopy 2008; 40(08): 797
DOI: 10.1055/s-0032-1306859
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de R. Rerknimitr et al., pp. 644

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

R. Rerknimitr, J. Chanyaswad, P. Kongkam, P. Kullavanijaya. Risque de bactériémie pour les varices gastriques hémorragiques et non hémorragiques après une injection endoscopique de cyanoacrylate

Le risque de survenue d'une bactériémie transitoire chez les patients cirrhotiques présentant un saignement digestif est bien établi. L'explication n'en est pas claire, probablement liée à une rupture de la barrière muqueuse au site de saignement mais également au geste endoscopique comme cela a été démontré pour la sclérothérapie. Les patients présentant un saignement de varices gastriques bénéficiant d'une injection de cyanoacrylate ont un risque accru de bactériémie, mais il est difficile de prouver si le risque est lié au geste endoscopique ou au statut hémorragique du patient. Cette étude d'une équipe thaîlandaise a cherché à comparer le risque de bactériémies transitoires chez des patients présentant des varices gastriques hémorragiques ou non hémorragiques, avec un troisième groupe contrôle de cirrhotiques bénéficiant simplement d'une endoscopie de contrôle sans injection.

Entre novembre 2004 et novembre 2006, trois groupes de patients ont été constitués: groupe 1 (n = 20) = patients ayant présenté un saignement actif ou récent sur des varices gastriques et bénéficiant d'une injection de cyanoacrylate. Groupe 2 (n = 17) = patients présentant des varices gastriques mais non hémorragiques et bénéficiant d'une injection de cyanoacrylate. Groupe 3 (n = 17) = patients contrôles.

L'injection de cyanoacrylate se faisait selon la technique connue. Les patients du groupe 1 bénéficiaient d'une antibioprophylaxie. Des hémocultures étaient réalisées avant et après la procédure à cinq minutes et trois heures. Les patients étaient suivis sur 30 jours.

Les groupes constitués étaient relativement homogènes mais de petite taille et comportant seulement 20% de Child Pugh C. Avant la procédure, 20% des patients du groupe 1 présentaient des hémocultures positives (Escherichia coli, Klebsielles). Après la procédure, 15% étaient positifs à cinq minutes et 10% à trois heures. Tous les patients présentant une hémoculture positive après la procédure étaient déjà positifs avant. Aucun patient du groupe 2 n'a eu de bactériémie.

Les auteurs concluent que le risque de bactériémie est essentiellement dû au saignement actif ou récent des varices gastriques et que l'injection de cyanoacrylate ne constitue pas un risque additionnel. L'utilisation d'injections répétées de cyanoacrylate à visée prophylactique reste cependant controversée, alors qu'il existe des alternatives probablement plus efficaces (TIPS).