Endoscopy 2010; 42(06): 523
DOI: 10.1055/s-0031-1291866
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de D. von Renteln et al., pp. 475

Further Information

Publication History

Publication Date:
20 March 2012 (online)

 

D. von Renteln, A. Schmidt, M. C. Vassiliou, H.-U. Rudolph, K. Caca. Mucosectomie par grasp and snare technique

La résection monobloc par mucosectomie de plus de 3 cm est difficile. Récemment, dans le numéro précédent de Endoscopy, l’équipe Australienne de Sharma S et al a proposé une technique modifiée avec la création d’un sillon périphérique, semblable à celui utilisé au cours des ESD. Cette équipe propose cette fois-ci d’utiliser une technique de mucosectomie similaire, c'est-à-dire avec un sillon périphérique, mais associée à une technique de traction de la muqueuse, à l’aide d’un double canal opérateur. L’originalité de cette technique réside dans la traction de la muqueuse avec une ancre tripode, mise au point pour la suture des fistules par clips OVESCO. En effet, les Japonais avaient décrit déjà la technique de “grasp and snare” au début de la mucosectomie, en se servant d’une pince, mais sans sillon.

Ils ont travaillé sur 10 cochons en délimitant par marquage diathermique des zones de 3cm gastriques. Ils ont ensuite crée un sillon périphérique (classique dans la procédure ESD) puis implanté l’ancre tripode dans la sous-muqueuse avec un endoscope double canal. Ensuite, ils ont pratiqué une exérèse si possible monobloc. Le temps moyen de la procédure a été de 17,8mn avec un diamètre moyen de la lésion de 2,7cm. 9 résections sur 10 ont été de type monobloc et une perforation est survenue.

On voit bien que plusieurs équipes tentent de mettre au point des techniques intermédiaires entre la mucosectomie et l’ESD, plus carcinologique que la mucosectomie mais aussi plus réaliste et faisable que l’ESD. Mais pour l’instant, elles ont été réalisées chez le cochon, dont la paroi gastrique est très épaisse et pas forcément représentative de l’homme. De plus, ceux qui ont utilisé l’ancre tripode connaissent bien sa faculté de dilacération et donc une utilisation potentiellement délicate chez l’homme.