Endoscopy 2010; 42(01): 90
DOI: 10.1055/s-0031-1291831
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de H. Suzuki et al., pp. 1

Further Information

Publication History

Publication Date:
16 March 2012 (online)

 

H. Suzuki, Y. Saito, I. Oda, S. Nonaka, Y. Nakanishi. Faisabilité de la mucosectomie endoscopique pour la résection de cancers superficiels du pharynx

Il s’agit d’une étude rétrospective évaluant les résultats de la mucosectomie chez 37 patients atteints de cancer épidermoïde du pharynx. Cette étude est justifiée d’une part par la difficulté de placement et de mobilisation d’un endoscope souple dans le pharynx et d’autre part par l’anatomie particulière de la paroi pharyngée qui ne comporte pas de musculaire muqueuse.

37 patients ont été inclus dans cette série, tous ayant eu un examen précédé par du lugol à 3%. Une anesthésie générale était pratiquée chez seulement 21 patients, sans précision par rapport à une intubation effective. La résection était effectuée par aspiration/cap chez 34 patients et strip biopsy chez 3 patients avec un endoscope à double canal opérateur. La résection était monobloc chez 16 patients et fragmentaire chez 21. Le temps opératoire moyen était de 45 mn. Un traitement par corticoïdes et antibiotiques était mis en place chez les patients. Un patient a présenté un œdème laryngé, un une inhalation, et deux une dermite périlabiale secondaire au lugol.

L’examen anatomopathologique montrait un carcinome in situ dans 16 cas et une invasion sous-épithéliale dans 19 cas avec un cas d’extension lymphatique. Les patients ont été suivis 40 mois en moyenne . Deux ont été traités par radiothérapie complémentaire, 2 ont présenté des récidives sur le foyer initial traitées par nouvelle EMR, 5 ont présenté des récidives métachrones dont deux sont décédés de cancer de l’œsophage. Les 20 patients restants sont en vie sans récidive.

Ce nouveau champ d’application de l’endoscopie thérapeutique est intéressant bien que rendu difficile par la mobilisation d’un endoscope souple dans la cavité pharyngée et l’anatomie particulière de la paroi pharyngée . Une évaluation prospective est nécessaire en collaboration avec nos collègues ORL pour valider cette approche en comparaison avec un endoscope rigide. D’autre part, il n’y a pas de renseignement dans cette série concernant l’état de l’œsophage chez les patients ainsi traités…