Endoscopy 2015; 47(08): 768
DOI: 10.1055/s-0035-1547160
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Kim JW et al., pp. 680

Further Information

Publication History

Publication Date:
30 July 2015 (online)

 

Kim JW et al. Essai randomisé coagulation douce vs coagulation au plasma argon dans les hémorragies ulcéreuses.

De très nombreuses méthodes hémostatiques ont montré leur efficacité dans le traitement des hémorragies ulcéreuses, notamment la coagulation au plasma argon (CPA). Parmi les méthodes récentes, la coagulation douce (Goagrasper®) apparait comme très efficace et simple à mettre en œuvre, notamment au cours de la dissection sous-muqueuse, mais les données sur son efficacité dans les hémorragies ulcéreuses sont encore rares.

Cet essai randomisé coréen a comparé ces deux méthodes en association avec des injections préalables d’adrénaline chez 246 patients ayant une hémorragie ulcéreuse active ou présentant un aspect de vaisseau visible non hémorragique (Forrest II a). Le critère principal de jugement était le taux de récidive hémorragique dans les 30 jours et l’hypothèse de départ était une non-infériorité du traitement testé. Soixante-quinze patients dans le groupe CPA et 76 dans l’autre groupe étaient finalement évalués. Le réglage de la CPA était adapté au siège de l’ulcère en gardant une distance avec la lésion de 2 à 5 mm. Quant à la Goagrasper® elle était utilisée par impulsions d’une à 2 secondes et à la puissance de 80 W. Une hémostase initiale était obtenue chez tous les malades dans les 2 groupes. Une récidive hémorragique dans les 30 premiers jours survenait chez 5 patients (6,7 %) du groupe CPA et chez 7 patients (9,2  %) de l’autre groupe (p = 0,563). Une récidive hémorragique dans les 7 premiers jours survenait chez 3 patients (4,0 %) du groupe CPA et chez 5 patients (6,6 %) de l’autre groupe (p = 0,563). Le taux d’effets indésirables et la mortalité étaient non significativement différents entre les deux groupes. On remarquera que pour les rares hémorragies en jet de ce travail, la CPA était une fois sur 4 en échec, alors que la Goagrasper® ne l’était pas.

Ce travail, le premier du genre, démontre donc l’efficacité et l’innocuité de la Goagrasper® dans les hémorragies ulcéreuses. Cette technique vient donc encore grossir l’arsenal hémostatique décidément de plus en plus étoffé dans cette pathologie qui, bien que moins fréquente actuellement, reste potentiellement grave.