Endoscopy 2015; 47(07): 664
DOI: 10.1055/s-0035-1547137
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Lisanne Holster I et al., pp. 638

Further Information

Publication History

Publication Date:
26 June 2015 (online)

 

I. Lisanne Holster, Heleen M. M. van Beusekom, Ernst J. Kuipers, Frank W. G. Leebeek, Moniek P. M. de Maat, Eric T. T. L. Tjwa. Effects of a hemostatic powder hemospray on coagulation and clot formation.

Commentaires: Julien Branche, Maxime Palazzo, Marine Camus, Gabriel Rahmi, Gilles Lesur

Le traitement endoscopique par poudre hémostatique est en plein développement. Dans ce domaine des poudres Hemospray® est le produit le plus étudié. Son mécanisme d’action est encore mal connu.

Dans ce travail, les auteurs ont étudié le temps de recalcification, la thromboélastométrie et les tests sanguins de coagulation d’échantillons de sang mélangés avec de l’Hemospray®, et comparés avec du talc et du kaolin à 1 mg/ml et 10 mg/ml. L’étude utilisait la microscopie électronique sur des échantillons de sang in vitro et aussi sur des caillots gastriques obtenus chez des animaux traités par Hemospray®. L’adjonction d’Hemospray® à la concentration de 1 mg/ml et de 10 mg/ml ralentissait significativement les temps moyens de recalcification (respectivement 60 et 45 secondes vs 187,5 secondes, p < 0,05). Le temps moyen de formation du caillot était de 160 secondes sans Hemospray® et de 91 secondes en présence d’Hemospray® (p = 0,005). L’étude en microscopie électronique in vivo montrait que la poudre interagissait rapidement avec l’ensemble des éléments du sang formant une masse confluente au niveau du site hémorragique. En quantité suffisante, la poudre était également capable de déformer et d’agréger les érythrocytes. Cette étude éclaire un peu plus le mécanisme d’action de l’Hemospray®, accélérant à la fois in vitro et in vivo la formation du caillot.