Endoscopy 2008; 40(12): 94
DOI: 10.1055/s-0032-1306891
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J. W. Leung et al., pp. 983

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

J. W. Leung, W. Lee, R. Wilson, B. S. Lim, F. W. Leung. Comparaison de performances d'accessoires de cathétérisme biliaire, sur un stimulateur mécanique

Il existe plusieurs types de simulateurs endoscopiques pour le cathétérisme biliaire (CPRE): porc vivant anesthésié, modèle ex vivo (type Erlangen), modèle électronique (type Symbionix), modèle incluant la scopie (type X-Vision ERCP) ou encore le modèle mécanique développé par cette même équipe de Leung à Los Angeles. Ce modèle permet l'utilisation des accessoires sous contrôle d'une caméra filmant l'introduction de ces derniers au travers du canal biliaire ( représenté par un tube de téflon ). La caméra est commandée par un pédale qui permet donc de mesurer le temps de “scopie”.

Le but de ce travail était de mesurer le temps de “scopie” et le temps mis pour insérer une ou de 3 prothèses plastiques à travers une sténose biliaire médio-cholédocienne, en utilisant les systèmes de fil court Rx de Boston ou Fusion de Cook qui permet , en outre l'échange intra-canalaire du fil guide ou encore le V-System d'Olympus, dont le système de blocage est situé en bout d'endoscope au niveau de l'élévateur et qui autorise, lui aussi l'échange intra-canalaire.

Les participants étaient issus de 2 cohortes: une américaine et une autre chinoise. Le groupe américain comprenait 21 étudiants de 2ème ou 3ème année de spécialisation en gastro-entérologie de Californie; ils ont utilisé soit le Rx, soit le système Fusion. Leur niveau de formation variait de moins de 50 CPRE (pour 1), moins de 100 (pour 6), moins de 150 (pour 5), moins de 200 (pour 3) et plus de 200 (pour les 6 derniers). Sur les 21, tous ont été capables de poser une prothèse avec le système Rx tandis que seuls 19 d'entre eux pouvaient le faire avec le système Fusion; seulement 9 participants ont posé les 3 prothèses avec les 2 systèmes. Le groupe chinois comprenait 20 cathétériseurs confirmés ( plus de 250 CPRE) réunis lors d'un congrès à Hangzhou: ils ont utilisé soit le système Fusion, soit le V-system qu'ils ne connaissaient ni l'un ni l'autre.

Le but était de mesurer le temps de “scopie” et le temps de pose d'une prothèse biliaire à travers une sténose simulée en mesurant le temps de dilatation au ballonnet hydraulique (ballonnet gonflé durant 15 secondes), puis d'un triple brossage cytologique et, enfin de l'insertion de la prothèse. La comparaison des temps de pose des 3 prothèses se faisait à partir du passage de la sténose par le fil guide jusqu'à la pose des 3 prothèses en utilisant l'échange intra-canalaire de Cook, soit en recathétérisant la voie biliaire avec un cathéter entre chaque prothèse pour le Rx.

Le temps total de pose d'une seule prothèse était identique pour les 2 systèmes de fil court (7,2 min pour Fusion et 6,5 min pour le Rx), mais plus court pour poser 3 prothèses avec Fusion (15,8 min ) qu'avec le Rx (20,9 min ). Il faut noter que le temps de pose proprement dit était plus court avec Rx qu'avec Fusion: 1,5 vs 2,2 min. Dans le groupe chinois, les temps de pose d'une seule prothèse était identique pour le Fusion et le V-System: 9,6 et 9,9 min.

Si ce modèle a des avantages (faible coût, facilement transportable, pas de maintenance ou de problèmes d'installation), il ne permet que très mal de simuler les conditions humaines: pas de péristaltisme, peu de liberté de mouvement de l'endoscope (et donc pas de risque de perte du trajet des fils guides), pas de nécessité d'insuffler ou d'aspirer! De cette étude ressort que l'échange intra-canalaire, seulement possible avec Fusion ou V-System fait gagner du temps pour la libération de 3 prothèses, du fait qu'il n'est pas nécessaire de cathétériser la voie biliaire après chaque libération de prothèse. Cependant, les auteurs insistent sur le fait que ces résultats ne sont pas, bien sûr, systématiquement transposables à la clinique humaine et qu'ils sont établis sur de très faibles cohortes! Je rajoute qu'on peut recathétériser la voie biliaire avec le pose-prothèse intégré sans réintroduire un cathéter entre chaque prothèse, possibilité qui ne semble pas avoir été utilisée dans ce travail. Ce type de travail montre néanmoins que des publications de bon niveau peuvent être, somme toute, rapidement réalisées à condition de s'intéresser aux aspects purement techniques de l'endoscopie!