Endoscopy 2008; 40(11): 1058
DOI: 10.1055/s-0032-1306887
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de T. O. Hirche et al., pp. 910

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

T. O. Hirche, A. Ignee, A. P. Barreiros, D. Schreiber-Dietrich, S. Jungblut, M. Ott, H. Hirche, C. F. Dietrich. Indications et limitations de l'élastographie couplée à l'écho-endoscopie pour l'évaluation des lésions pancréatiques focales

L'apport de l'élastographie par ultrasons demande encore à être définie, au moins pour le pancréas. Cette étude regroupe de manière prospective 70 patients avec une lésion solide du pancréas et 10 contrôles, pour lesquels l'écho-endoscopie était faite pour une lésion proche du pancréas mais pas à l'intérieur de la glande. Le module utilisé était celui de la firme Hitachi (EUB 8500). La dureté de la lésion a été évaluée entre dure (bleu), moyenne (vert) et souple (rouge), en images en temps réel pendant 20 secondes avec des valeurs considérées comme acceptables si elles étaient stables sur plus de 3 secondes. De plus les couleurs ont été appréciées en fonction de la structure générale de la lésion: homogène, bicolore ou aspect hétérogène. Toutes ces données ont finalement été comparées aux résultats cytologiques ou histologiques ou chirurgicaux.

Les 10 sujets contrôles avaient un pancréas homogène de couleur plutôt verte, soit intermédiaire à assez souple quel que soit l'endroit de la glande. La reproductibilité de lecture inter-observateurs n'était cependant que de 0,7! Des 46 adénocarcinomes, seuls ceux mesurant moins de 35 mm ont été analysables (du fait du manque de profondeur de champ pour définir les marges de la lésion): l'allure générale était homogène et dure (bleue); la reproductibilité inter observateur était de 0,63 et de 0,76 pour la couleur et la structure, respectivement. Des 12 tumeurs neuro-endocrines, seules 6 ont pu être analysées: aspect hétérogène de dominante verte, avec une assez médiocre reproductibilité d'appréciation. Sur 8 cystadénomes séreux, 5 ont pu être analysés: 4 avaient un aspect homogène de dominante bleue, le cinquième ayant une zone centrale verte qui a été identifiée comme une zone de nécrose. Un aspect identique au cystadénome séreux a été trouvé pour une TIPMP.

Les seules corrélations retrouvées ont concerné la taille qui était corrélée à l'aspect homogène quand elle était à moins de 35 mm. Il n'y avait pas de corrélation entre la structure, la taille et la nature histologique.

Donc, seulement 56% des masses sont analysables au niveau du pancréas (diamètre lésionnel inférieur à 35 mm et proximité suffisante de la sonde). La technique ne peut étudier que des lésions solides, ce qui exclut les tumeurs kystiques mais aussi les cancers avec nécrose partielle! Cette technique s'est avérée complètement inapte à différencier les lésions malignes des lésions bénignes. Une autre publication récente a montré également une incapacité à diagnostiquer une tumeur développée sur une pancréatite chronique, alors qu'une autre étude semble montrer des signes évocateurs de fibrose précoce en cas de pancréatite débutante. Il ne semble donc pas, pour l'instant que cette technique nous apporte une grande aide diagnostique en matière de diagnostic pancréatique.