Endoscopy 2008; 40(11): 1057
DOI: 10.1055/s-0032-1306882
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J. Pohl et al., pp. 883

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

J. Pohl, M. Nguyen-Tat, H. Manner, O. Pech, S. J. B. van Weyenberg, C. Ell. Les “Biopsies sèches” après application d'un spray d'adrénaline améliorent la cartographie biopsique des longs segments d'œsophage de Barrett

Les longs œsophages de Barrett circonférenciels doivent être surveillés par des biopsies systématiques en quadrant sur chaque centimètreou paire de centimètres de hauteur: les saignements induits par les premières biopsies gênent la réalisation de ces biopsies multiples, allongent le temps de leur réalisation par la nécessité de lavages répétés et peuvent masquer de petites lésions difficiles à voir même avec les procédés les plus sophistiqués (zoom, colorations vitales ou virtuelles, traitement d\6imageû)!

Cette étude prospective randomisée avait pour but de démontrer l'aide que pouvait apporter une vasoconstriction appliquée simplement par un spray d'adrénaline sur la zone de Barrett à surveiller. Quarante patients porteurs d'un long Barrett avec dysplasie de haut grade ou cancer superficiel à surveiller ont été inclus. L'étude était en double aveugle, seule l'infirmière ayant accès à la randomisation (adrénaline ou sérum isotonique); 2 endoscopistes seniors ont fait tous les examens avec le même endoscope (Fujinon EG 450 HR) sous sédation par 2 à 15 mg de Midazolam avec le même protocole: inspection méticuleuse de la zone de façon standard, puis examen après acide acétique, puis rinçage au sérum isotonique, puis application au cathéter spray de 10 ml d'adrénaline au 20 millième ou de sérum, selon la randomisation. Deux des meilleures images des examens, tous enregistrés, ont été sélectionnées pour chaque examen puis lues en aveugle par 2 endoscopistes et scorées selon un barème de clarté et d'efficacité prédéfinis.

Sur les 218 cm de Barrett analysés, 33 biopsies ciblées et 498 biopsies systématiques ont été faites, chaque patient ayant une moyenne de 12,5 biopsies dont les scores de clarté d'analyse étaient de 3,9 pour le groupe adrénaline et 2,3 pour les contrôles: ceci veut dire que plus d'images étaient considérées comme excellentes dans le groupe avec vasoconstricteur. De plus, le temps moyen des biopsies passait de 8,5 à 6,4 min pour un nombre équivalent de prélèvements.

On peut donc retenir de cette étude 1) que les biopsies systématiques ne sont réalisées dans des centres experts et au cours d'une étude publiable qu'à concurrence de 12 sur des Barrett de 5,6 cm de hauteur moyenne soit en fait, 4 en quadrant chaque 2 cm et non pas chaque cm. 2) La vasoconstriction à l'adrénaline s'est avérée sûre, aucune modification des constantes vitales n'ayant été notée. 3) Malgré la perte de temps due à l'application de l'adrénaline, le temps total des biopsies était raccourci de 2 minutes. 4) Parmi toutes les biopsies faites à titre systématique dans cette étude, aucune n'a permis la détection d'un cancer, contrairement aux biopsies ciblées qui dans ces conditions d'absence de saignement peuvent être plus efficaces. De nouvelles études vont donc devenir utiles d'après les auteurs, pour évaluer l'apport réel des biopsies systématiques dans la surveillance des dysplasies au cours de l'EBO, dans ces conditions améliorées de visibilité des petites lésions.