Endoscopy 2008; 40(09): 967
DOI: 10.1055/s-0032-1306864
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J. Martinek et al., pp. 711

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

J. Martinek, M. Benes, P. Brandtl, T. Hucl, M. Vasicek, L. Voska, V. Lanska, V. Nosek, J. Spicak. Faible incidence d'adénocarcinome et de dysplasie de haut grade chez des patients avec oesophage de Barrett: étude de cohorte prospective

L'incidence de survenue d'un adénocarcinome ou d'une dysplasie de haut grade sur une muqueuse de Barrett reste matière à débat, les estimations retrouvées dans la littérature allant de 0,2% à 3% par an. Le but de la surveillance endoscopique est de détecter ces lésions à un stade curable, surtout à un stade où le traitement endoscopique est encore possible afin d'éviter le risque chirurgical.

Cette équipe pragoise a réalisé une étude de cohorte prospective incluant des patients consécutifs répondant à une définition claire de l'oesophage de Barrett et bénéficiant d'un traitement standardisé anti sécrétoire.

Les patients répondant aux critères étaient inclus de façon consécutive. Un questionnaire (non validé) sur les symptômes et l'histoire familiale de reflux était rempli. Une endoscopie était réalisée annuellement. En cas de découverte de dysplasie de bas grade, l'examen été répété avec des biopsies trois à six mois plus tard.

Une chromoendoscopie avec bleu de méthylène ou virtuelle par NBI était pratiquée en routine. Les biopsies étaient réalisées en quadrant, tous les 15 à 20 mm et donnaient lieu à une double lecture en cas de dysplasie. Une recherche systématique de HP était réalisée.

135 patients ont été inclus et ont bénéficié de 623 endoscopies. La médiane de surveillance était de 5,2 années (2 à 13 ans). L'âge moyen de diagnostic du Barrett était de 55,5 ans.

Il n'y avait pas évidemment de dysplasie de haut grade ou d'adénocarcinome lors des endoscopies d'inclusion. Deux patients ont développé à la fois une dysplasie de haut grade et un adénocarcinome sur un oesophage de Barrett long. Le premier est survenu deux ans après l'endoscopie index et a été traité endoscopiquement. Le deuxième patient a présenté également une dysplasie de haut grade et adénocarcinome simultanément six ans après l'endoscopie initiale. Une dysplasie de bas grade avait été découverte quatre ans avant le diagnostic de haut grade. Le patient a été opéré; curieusement les lésions n'ont pas été retrouvées sur la pièce opératoire.

L'incidence de la dysplasie de haut grade et de l'adénocarcinome était de 1 pour 350 patient-années, avec une incidence annuelle de 0,21%. Pour les patients présentant un Barrett long l'incidence était de 1 pour 130 patient-années avec une incidence annuelle de 1,6%. 1/5 des patients présentait une régression de l'oesophage de Barrett au fil des contrôles.

Les études consacrées aux risques de cancer sur oesophage de Barrett ont abouti à des estimations oscillant de 0,2% à 3% par an. La plupart des études récentes montrent comme celle-ci une incidence plus faible. Pour les auteurs une des explications pourrait être un meilleur design des études avec une définition plus précise de l'oesophage de Barrett, mais également un effet du traitement systématique par les IPP ou d'une fundoplication. Le modèle statistique retenu par les auteurs suggère la recommandation d'un contrôle endoscopique tous les deux ans en cas d'oesophage de Barrett long et tous les cinq ans en cas d'oesophage de Barrett court. L'intérêt de cette étude est limitée en raison de la longueur insuffisante du suivi par rapport à celle d'autres études.