Endoscopy 2008; 40(08): 796
DOI: 10.1055/s-0032-1306856
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de C. Kapral et al., pp. 625

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

C. Kapral, C. Duller, F. Wewalka, E. Kerstan, W. Vogel, F. Schreiber. Importance et suites des cathétérismes biliaires en Autriche: étude nationale en fonction des activités de chaque centre

Dans le cadre de l'évaluation et de l'amélioration de la qualité du service rendu en médecine, la société autrichienne de gastro-entérologie a mis sur pied cette étude. Cet observatoire basé sur le volontariat avait pour but de faire le point sur la pratique du cathétérisme bilio-pancréatique en Autriche de la façon la plus exhaustive possible et de manière continue, pour atteindre 2 buts: faire le point à un instant donné, de la pratique de cet examen, mais aussi induire des améliorations par le suivi dans le temps!

C'est donc une action d'EPP autrichienne! Les 15 000 cathétérismes (KT) annuels sont réalisés dans 140 centres de tout niveau, et dont l'activité est extrêmement variable d'un centre à l'autre. De ces 15 000 examens, 20% ont été colligés la première année 2006, ce qui représente un aperçu sur un peu plus de 3130 KT, réalisés dans 28 des 140 centres (qui en font de 5 à 548 par an et par centre).

Chaque centre participant devait entrer en ligne, de façon strictement anonyme, chaque KT réalisé, ce qui prenait approximativement 6 minutes. Le questionnaire comprenait les détails de l'indication, de l'état du patient, des conditions de réalisation, du taux de succès quant au canal recherché, au geste thérapeutique réalisé, quel qu'il soit, du nombre et du type de complications immédiates observées, des valeurs biologiques importantes et, enfin du diagnostic final. A tout instant, chaque centre qui restait anonyme, de même que chaque participant pouvait visualiser ses propres performances en les comparant à la moyenne nationale.

Des 3132 examens, 81% ont été thérapeutiques, réalisés dans 16 centres qui ont inclus plus de 50 examens, chacun. Des 89 endoscopistes participants, seuls 21 faisaient plus de 50 KT par an. L'audit final de l'étude a montré que le taux d'exhaustivité des recueils se montait à 83,3%.

La sédation était une anesthésie générale dans 3,2% des cas. Des antibiotiques n'ont été utilisés que dans 13,3% des cas et dans seulement 25,8% des cas d'angiocholite!

Seulement 4,6% des KT étaient réalisés en dehors des heures normales de travail. Le pourcentage de réussite était 84,8%, le canal à atteindre étant visualisé dans 90,8% des cas et cathétérisé dans 89% des cas.

Le taux de complications était de 12,6%, la pancréatite représentant 5,1% de ces dernières, l'hémorragie, 3,7%, l'angiocholite, 1,9%, les problèmes cardiorespiratoires, 0,9% et les perforations, 0,5%: ces 2 dernières complications ont été responsables avec 1 pancréatite, des 3 décès observés dans toute l'étude (0,1%).

En comparant les résultats des endoscopistes faisant plus ou moins de 50 KT/an, on retrouve une plus grande efficacité (91,2% vs 84,2%) et des taux moindres de complications cardio-pulmonaires et d'angiocholites pour les plus expérimentés.

Cette étude ne regroupait que 22% des KT réalisés en Autriche, mais donne, bien sûr, une idée précise de ce qui se fait, où, et dans quelles conditions. La suite du programme est de suivre dans le temps ces données pour essayer de les infléchir à l'avenirdans la bonne direction!

Cette étude représente néanmoins une magnifique illustration de ce qu'une société savante peut faire au niveau national pour analyser les résultats d'une pratique à risque et surtout tenter d'améliorer ce qui peut l'être par chacun des participants: elle dépasse donc le stade de la photographie d'une pratique vers celui d'une EPP avec inflexion vers l'amélioration de cette pratique.