Endoscopy 2008; 40(06): 546
DOI: 10.1055/s-0032-1306846
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J. M. Buscaglia et al., pp. 506

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

J. M. Buscaglia, B. W. Simons, B. J. Prosser, D. S. Ruben, S. A. Giday, P. Magno, J. O. Clarke, E. J. Shin, A. N. Kalloo, S. V. Kantsevoy, K. L. Gabrielson, S. B. Jagannath. La sévérité de la pancréatite post cathétérisme est directement proportionnelle à l'agressivité de l'intervention endoscopique: étude pilote chez le chien

La problématique est de produire un modèle animal permettant d'étudier la pancréatite post cathétérisme. Le chien sous anesthésie générale a servi de modèle; un cathéter jugulaire pour prélèvements sanguins et une sonde urinaire vont permettre de suivre l'évolution biologique des réactions pancréatiques, après cathétérisme de la papille et divers gestes endoscopiques de sévérité croissante: bourrage acineux par 20 à 30 ml de contraste (chien 1), aggravée par une occlusion du canal pancréatique pendant 5 minutes et sphinctérotomie pancréatique (chien 2), ou par, en plus une injection intra canalaire pancréatique d'une solution d'acide ursodésoxycholique (chien 3), ou encore par tous ces gestes associées à la sphinctérotomie pancréatique (chien 4). Deux autres chiens recevaient une prothèse pancréatique.

Les animaux étaient ensuite réveillés, puis suivis par un vétérinaire pour soulager, entre autre les douleurs à la demande et faire les prélèvements. Tous les animaux étaient sacrifiés au 5 ème jour ou avant si des signes de gravité apparaissaient, ce qui s'est produit pour le chien 4. Trois chiens, utilisés pour d'autres expérimentations, servaient de contrôle. Le pancréas des animaux était examiné au niveau de 6 tranches de section, en aveugle par 2 anatomo-pathologistes, au moyen d'un score de nécrose et d'inflammation correspondant à la sommation de 8 critères différents.

Les 4 premiers animaux ont eu une hyperamylasémie et une hyperlipasémiesignificativement plus élevée que celles des chiens contrôles!

De la même façon, les scores histologiques de nécrose et d'inflammation étaient significativement perturbés par rapport aux contrôles! L'élévation post prothèse d'amylasémie et de lipasémie n'atteignait pas la significativité, mais les valeurs étaient tout de même à 14 400 et 8000 µ/L par rapport aux valeurs basales de 870 et 200 µ/L et les scores lésionnels étaient proches de ceux des chiens chez lesquels on avait induit la pancréatite.

Par contre les valeurs du peptide d'activation du trypsinogène ne se sont pas modifiées dans les urines, ni en valeur absolue ni après correction par le rapport avec la clearance de la créatinine: cette contre performance de ce test n'est pas expliquée!

Les auteurs commentent donc la possibilité qu'on a maintenant d'avoir un modèle (sur animal de grande taille) de pancréatite induite par cathétérisme de la papille, dont la gravité est fonction de l'agressivité des gestes endoscopiques et qui pourra permettre de tester des traitements préventifs sans avoir à utiliser de larges cohortes humaines en clinique.

Par contre ils ne commentent pas beaucoup les réactions pancréatiques observées chez les animaux ayant eu la simple pose de prothèse pancréatique dont on sait en clinique humaine qu'elle peut justement, être un facteur protecteur de réaction pancréatique, alors que dans ce modèle, les perturbations biologiques et surtout histologiques étaient loin d'être négligeables! Reste également un problème éthique, même si ce protocole a obtenu l'accord du comité d'éthique pour les études animales de l'hôpital John Hopkins de Baltimore.