Endoscopy 2008; 40(05): 454
DOI: 10.1055/s-0032-1306831
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J. A. Abrams et al., pp. 395

Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2012 (online)

 

J. A. Abrams, P. Fedi, E. Vakiani, D. Hatefi, H. E. Remotti, C. J. Lightdale. Comparaison de la profondeur de résection de deux techniques de mucosectomie

Ce travail multicentrique américain (sous la conduite de C Lightdale), mené sur pièces anatomopathologiques de mucosectomies oesophagiennes pour cancer intra-muqueux et dysplasie de haut grade, visait à définir l'efficacité en termes de profondeur de résection de 2 méthodes: injection, aspiration (au moyen d'un capuchon), et coupe (méthode 1, matériel Olympus) et résection à l'anse après mise en place d'élastiques (méthode 2, matériel Cook). Quarante pièces prélevées chez 31 patients ont été analysées, 20 pour chacune des 2 méthodes. L'objectif principal était de comparer la profondeur de résection des 2 méthodes, un travail randomisé préalable ayant montré l'absence de différence en termes de taille des fragments réséqués et de complications (May A, Gastrointest Endosc 2003, 58, 167). L'analyse histologique montrait une profondeur moyenne de la résection identique entre les 2 méthodes (autour de 0.5 cm). Avec un recul médian de 18 mois (0 – 39 mois), 65% des patients avaient un contrôle local de leur maladie (absence de dysplasie sur les biopsies). Huit patients (25.8%) développaient une sténose. La proportion était de 33% pour la méthode 2 versus 15% pour la méthode 1, différence non significative au vu du petit effectif de cette série. Les sténoses apparaissaient dans 7 cas bien qu'il n'ait pas été réalisé de résection circonférentielle. Ce travail complète donc les données montrant une équivalence des 2 méthodes de mucosectomie oesophagienne dans le cas d'un œsophage de Barrett dysplasique. Il confirme aussi le caractère relativement agressif de ces mucosectomies puisque selon la méthode, entre 50 et 65% des pièces analysées présentaient des fragments de musculaire propre, bien qu'aucun cas de perforation ne soit rapporté dans cette série!