Endoscopy 2008; 40(04): 453
DOI: 10.1055/s-0032-1306829
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de S. Carrara et al., pp. 321

Further Information

Publication History

Publication Date:
09 March 2012 (online)

 

S. Carrara, P. G. Arcidiacono, L. Albarello, A. Addis, M. D. Enderle, C. Boemo, M. Campagnol, A. Ambrosi, C. Doglioni, P. A. Testoni. Destruction tissulaire guidée par échoendoscopie à l'aide d'une sonde de radiofréquence munie d'un système de refroidissement dans le pancréas de porc

Deux publications dans ce numéro d'Endoscopy sont consacrées à la description de traitements inédits dans les cancers pancréatiques avancés. S Carrara et al de Milan rapportent un essai chez l'animal, ayant pour objectif de tester une sonde bipolaire de radio fréquence comportant un système de refroidissement pour détruire les tumeurs non résécables. Des expériences transcutanées avaient montré que la destruction par radio fréquence avec des sondes monopolaires était possible mais devait être couplée avec un refroidissement du tissu de voisinage. Les auteurs ont cherché à montrer que l'echoendoscopie permettrait de cibler avec une bonne acuité le site de traitement (corps du pancréas) et en outre de contrôler son évolution post traitement.

Une sonde hybride (développée par Erbe) était introduite par le canal opérateur de l'echoendoscope et son extrémité rigide placée au centre du pancréas.

La sonde était testée chez des cochons sous anesthésie en faisant varier l'intensité et le temps d'application, afin d'établir les meilleures modalités de traitement. Les animaux étaient ensuite euthanasiés à une ou deux semaines.

La destruction du tissu pancréatique a pu être réalisée sans difficulté, avec des temps d'application allant de 120 à 900 secondes. L'échoendoscopie surévaluait la taille de la lésion induite, probablement en raison de l'inflammation péri lésionnelle. Plus le temps d'application était long, plus le volume détruit était important mais des complications pouvaient alors survenir à type de pancréatite. Le temps d'application dans des études cliniques sera probablement limité entre 60 et 300 secondes.

En outre l'ablation de plusieurs tumeurs semble possible dans le cas de lésions multiples comme pour les tumeurs neuroendocrines.

Les auteurs suggèrent que l'on pourrait améliorer le système en modifiant la sonde pour obtenir un volume de destruction sphérique et non pas elliptique, et qu'il faudrait un repérage échoendoscopique en 3 D. Des études complémentaires sur tissu tumoral sont indispensables avant d'envisager une application thérapeutique.