Endoscopy 2008; 40(03): 357
DOI: 10.1055/s-0032-1306819
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de A. D. Hopper et al., pp. 219

Further Information

Publication History

Publication Date:
08 March 2012 (online)

 

A. D. Hopper, S. S. Cross, D. S. Sanders. Atrophie villositaire en plaques: quelle stratégie de biopsies?

La question du diagnostic histologique de la maladie coeliaque est récurrente, à savoir: est-ce que les biopsies duodénales permettent de détecter tous les cas de maladie coeliaque? Ces auteurs anglais de Sheffield reprennent cette hypothèse du risque de biopsies négatives dans le cas d'une distribution non homogène (en plaques, ou “patchy”) de l'atrophie villositaire chez certaines personnes atteintes. Le critère de recrutement de l'étude était la présence d'anticorps anti-endomysium ou transglutaminase positif de type IgA. Le protocole de biopsies était systématiquement: 1 biopsie bulbaire, 4 biopsies en quadrant du duodénum proximal et du duodénum distal soit 9 biopsies en tout. Une cohorte de 56 patients consécutifs chez qui une maladie coeliaque venait d'être découverte sérologiquement étaient inclus: 53 (94.6%) présentaient une atrophie villositaire sur au moins une des 9 biopsies. Chez 10 patients (18.9%) l'atrophie n'était pas présente sur toutes les biopsies (maladie “en plaques”). La biopsie bulbaire détectait une atrophie chez 95% des cas avec atrophie, et semble donc incontournable dans la stratégie. Les auteurs montrent que réaliser 5 biopsies (1 bulbaire, 2 duodénales proximales, 2 duodénales distales permet de déterminer dans chaque cas le degré le plus sévère d'atrophie selon la classification de Marsh, bien que ce critère de degré d'atrophie n'ait pas de conséquence pratique actuellement. De façon intéressante, les endoscopies étaient toutes réalisées par le même opérateur et la présence de signes endoscopiques de maladie coeliaque n'étaient notés que dans 74% des cas, alors que quasiment tous les patients présentaient des symptômes (seulement 4 patients (7%) sans symptôme étaient dépistés en contexte familial de maladie coeliaque). Ce travail suggère donc que la stratégie d'obtention de biopsies reste primordiale dans le diagnostic de maladie coeliaque (sensibilité insuffisante de l'endoscopie, bien que les critères diagnostiques n'aient pas été étudiés de façon systématique), que la réalisation d'une biopsie bulbaire est nécessaire, que la réalisation de 5 biopsies en différents sites est importante si l'on veut connaître le degré maximal d'atrophie.