Endoscopy 2008; 40(01): 89-90
DOI: 10.1055/s-0032-1306803
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de S. Mehdizadeh et al., pp. 30

Further Information

Publication History

Publication Date:
09 March 2012 (online)

 

S. Mehdizadeh, G. Chen, P. J. Enayati, D. W. Cheng, N. J. Han, O. A. Shaye, A. Ippoliti, E. A. Vasiliauskas, S. K. Lo, K. A. Papadakis. Valeur diagnostique de la capsule en cas de rectocolite hémorragique et de colite indeterminée

La place de la capsule endoscopique dans l'évaluation des patients porteurs d'une maladie inflammatoire intestinale est un sujet de controverse important. Les questions principales sont d'une part de définir une sémiologie vidéo-endoscopique reproductible et d'identifier les lésions spécifiques d'une maladie de Crohn de l'intestin grêle, d'autre part de préciser l'impact sur la pratique clinique de l'identification de lésions du grêle. L'article de Mehdizadeh et collaborateurs (Heraklion, Crète) est une étude rétrospective qui reprend les résultats d'examen par capsule réalisé chez 120 patients en contexte de rectocolite hémorragique (ce qui est une indication inhabituelle) et présentant soit des symptômes atypiques (49%) de type ballonnements, diarrhée non sanglante, soit une maladie réfractaire aux corticoîdes (18%), soit une colite indéterminée de façon systématique (5%) ou pré-opératoire (10%), soit enfin des symptômes après coloproctectomie avec réservoir iléal (18%). Tous ces patients avaient eu une coloscopie avec iléoscopie préalable (a priori négative). La définition d'une atteinte du grêle suggérant une maladie de Crohn était la présence de 3 ulcérations de l'intestin grêle, et 19 (15.8%) des 120 patients répondaient à cette définition (5 présentaient des ulcérations sur toute la longueur de l'intestin grêle). La plus forte proportion de patients présentant des lésions du grêle étaient le groupe de 21 patients avec réservoir iléal présentant des symptômes persistants (7/21, 33%) dont 6/13 patients présentant une pouchite. Des anticorps de type ASCA était présents chez 23% des patients présentant des lésions du grêle versus 37% des patients indemnes. L'impact sur la prise en charge des patients n'est pas précisé dans ce travail. La difficulté reste l'interprétation de ces résultats. On se demande si la définition retenue pour l'atteinte du grêle de type Crohn est valide: la présence de sténose, d'ulcération de grande taille ou en carte de géographie, n'est pas précisée. La présence d'ulcérations de l'intestin grêle isolées de petite taille n'est peut-être pas si spécifique d'une atteinte de type Crohn alors que l'on sait que 13.8% des sujets sains présentent des anomalies, en majorité des érosions, de l'intestin grêle (Goldstein J Clin Gastro Hepatol 2005, 3, 133).