Endoscopy 2009; 41(07): 737-738
DOI: 10.1055/s-0032-1306740
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de H. Imazu et al., pp. 598

Further Information

Publication History

Publication Date:
15 March 2012 (online)

 

H. Imazu, K. Sumiyama, K. Ikeda, Y. Uchiyama, H. Aihara, H. Kakutani, M. Kaise, T. L. Ang S. OmarH. Tajiri. Etude pilote d’injection d’eau bouillante guidée sous échoendoscopie dans le pancréas

Cet article propose une étude expérimentale sur l’injection d’eau bouillante dans le pancreas de cochon sain. Dans ce travail Japonais, une injection d’eau bouillante (1 à 5ml) était injectée dans la queue du pancréas sous échoendoscopie, de trois cochons. Après sacrifice de ces cochons, la quantité idéale pour une nécrose était évaluée à 1ml. Trois autres cochons étaient traités puis sacrifiés à 7J. Chez deux cochons, une nécrose de 1cm était obtenue et il n’y avait aucune pancréatite observée. Ce travail est basé sur le principe de la destruction in situ de tumeur du pancréas dirigée sous échoendoscopie. Plusieurs études ont été publiées, essentiellement expérimentales, rarement chez l’homme et toujours ouvertes (“pilot study”). Les procédures utilisaient la photothérapie dynamique, l’injection d’alcool, la thérapie génique, l’injection de cytotoxiques divers. Il est en effet très facile de diriger sous échoendoscopie une aiguille dans le centre de la tumeur ou en des points choisis et d’injecter une substance tumoricide. Mais ce principe séduisant ne tient pas compte de la rapide diffusion rétropérionéale, périnerveuse et mésenchymateuse de l’adénocarcinome du pancréas, ce qui en fait la limite. Cette étude fait donc de l’eau bouillante un nouveau candidat à la cytotoxicité pancréatique dirigée sous échoendoscopie avec une tolérance remarquable. Mais cela ne démontre pas encore son efficacité dans la prise en charge globale du cancer du pancréas.