Endoscopy 2009; 41(07): 737
DOI: 10.1055/s-0032-1306738
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de R. Marmo et al., pp. 915

Further Information

Publication History

Publication Date:
15 March 2012 (online)

 

R. Marmo, G. Rotondano, T. Casetti, G. Manes, F. Chilovi, T. Sprujevnik, M. A. Bianco, M. L. Brancaccio, V. Imbesi, S. Benvenuti, M. Pennazio. Entéroscopie double ballon et vidéocapsule dans les saignements digestifs occultes: étude multicentrique

La très grande majorité des examens par entéroscopie double ballon en Europe sont réalisés en seconde intention, en général après un examen du grêle pour saignement obscure par capsule endoscopique. Il est donc légitime de se poser la question de la concordance entre les diagnostics confirmés par l’entéroscopie, et ceux suspectés lors de l’examen initial par capsule. Ce travail de synthèse était réalisé de façon prospective à partir des données de 6 centres italiens considérés comme de référence pour la réalisation de ces 2 examens, et incluant leurs données dans une base conçue à cet effet. Il s’agissait au final de 193 patients ayant successivement les 2 examens dans le cadre d’un saignement obscure (endoscopie bidirectionnelle préalable n’expliquant pas le tableau). L’examen par capsule identifiait une possible cause vasculaire dans 38% des cas, un saignement actif ou coagulé dans 18%, une tumeur possible dans 10%. L’EDB identifiait une cause vasculaire dans 37% des cas, une néoplasie dans 16%, un aspect d’ulcération ou d’inflammation dans 13%. De façon globale, la concordance entre les deux examens était très moyenne (46% pour la valeur de κ). La meilleure concordance existait pour les lésions vasculaires (72%) et inflammatoires (78%), mais la concordance était mauvaise (46%) pour les suspicions de tumeur/polypes. Plus précisément, 34 patients avaient un aspect de saignement en capsule: pour ces patients, l’examen par entéroscopie montrait une anomalie vasculaire chez 10 (29%), une néoplasie chez 6 (18%), un diverticule chez 5 et un ulcère chez 1. Chez 12 patients cependant (35%) il n’était pas identifié de lésion en entéroscopie. D’autre part, l’entéroscopie identifiait une lésion chez 7/18 patients pour lesquels la capsule était négative (38%). Il faut donc retenir de ce travail i) une concordance moyenne des 2 examens en particulier pour les tumeurs de l’intestin grêle; ii) l’absence de diagnostic en entéroscopie pour 35% des patients pour lesquels seul un saignement est identifié en capsule (saignement intermittent? faux positif?); iii) un diagnostic par entéroscopie chez 38% des patients négatifs en capsule, ce qui parait surprenant cependant et mériterait une description un peu plus précise des cas.