Endoscopy 2009; 41(02): 252
DOI: 10.1055/s-0032-1306733
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de L. C. Hookey et al., pp. 149

Further Information

Publication History

Publication Date:
15 March 2012 (online)

 

L. C. Hookey, V. Khokhotva, B. Bielawska, A. Samis, D. Jalink, D. Hurlbut, D. Mercer. La “Queen's closure”: une nouvelle technique pour la fermeture de la gastrotomie dans la procédure NOTES

Ce groupe de recherche canadien de la Queen's University à Kingston décrit une nouvelle méthode de fermeture de la gastrotomie réalisée au cours de la procédure NOTES. Cette méthode présente les avantages 1- d'utiliser des matériels existants et 2- d'être facile à maîtriser par les endoscopistes.

Elle utilise deux anses largables (type PolyLoop) et des clips. La première anse dite externe, est passée le long de l'endoscope est fixée à la paroi antérieure de l'estomac par cinq clips répartis sur sa circonférence. La gastrotomie est alors réalisée avec une aiguille de coupe suivie d'une dilatation au ballon de 18 mm. Une procédure NOTES est menée.

Au retour une seconde anse dite interne, est glissée le long de l'endoscope, resserrée partiellement au diamètre de la gastrotomie et fixée sur les berges de celle-ci par trois clips. L'anse est alors resserrée complètement puis tractée à l'intérieur de l'estomac. Ensuite l'anse externe qui avait été préalablement fixée, est serrée à la base de la sorte de volcan ainsi créé. Les deux anses sont alors larguées.

Cette technique a été réalisée sur 10 estomacs de porc ex vivo. Parallèlement cinq estomacs ayant subi une gastrotomie identique ont été suturés manuellement. Des tests d'étanchéité ont alors été réalisés à l'eau.

La pression moyenne de rupture avec la technique de la Queen's closure était de 51mm de mercure et de 80mmHg pour la suture manuelle, différence significative.

Bien que la pression de rupture soit significativement inférieure à celle obtenue avec une suture manuelle, les études sur animaux vivants montrent que les pressions naturelles sont bien inférieures. Des essais sur animaux vivants sont nécessaires notamment pour évaluer la qualité de la cicatrisation de cette suture, ce type de fermeture affrontant au moins les couches musculeuses et non pas seulement les muqueuses.