Endoscopy 2009; 41(02): 250-251
DOI: 10.1055/s-0032-1306729
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de O. Goto et al., pp. 118

Further Information

Publication History

Publication Date:
15 March 2012 (online)

 

O. Goto, M. Fujishiro, S. Kodashima, S. Ono, M. Omata. ESD pour cancer gastrique superficiel

Les indications reconnues de l'ESD reposent sur des taux de risque d'envahissement ganglionnaire estimés à partir de séries chirurgicales. Il y a de nombreux facteurs d'erreur possible et il est évident que des études cliniques sont nécessaires. Le but de cette large série (276 lésions chez 231 patients) était d'estimer les résultats de l'ESD pour des cancers gastriques superficiels. Trois types de lésions ont été traitées par ESD: des cancers intra muqueux non ulcérés de toute taille, des cancers intra muqueux ulcérés de 3 cm au maximum, des cancers sm1 (envahissement de la sous muqueuse < 500µ). Les résultats immédiats étaient: 96,7% de résection en un seul fragment (résection dite “en bloc”), 91,7% de résection complète (marges de section indemnes) avec 4% de perforation et 5,1% de saignements retardés, toutes les complications étant gérées médicalement. Il n'a été observé que 0,9% de récidive locale (2/212 patients) après un suivi médian de 36 mois. Ces 2 récidives étaient observées pour des lésions ayant bénéficié de résection en bloc avec marges saines. Il n'a pas été observé de métastase à distance, pas de décès dû au cancer gastrique.

La survie spécifique liée au cancer est en effet de 100%. Cette large étude montre donc la faisabilité de l'ESD même pour des lésions non ulcérées de plus de 3 cm ou des lésions ulcérées, avec des résultats satisfaisants. Ce travail est issu d'un centre hyperspécialisé et il est à craindre que les résultats ne soient pas reproductibles en Europe, d'autant qu'il s'agit d'une pathologie fréquente au Japon mais rare dans nos contrées. Cette série montre cependant les avantages majeurs de cette technique et laisse présager que l'ESD sera de plus en plus utilisée en Europe pour des lésions oesophagiennes et rectales. Le taux de complica„tions reste cependant élevé (plus de 9%) et fait réserver ces techniques à des centres très spécialisés, même si l'évolution des matériels permettra probablement de réduire ce taux à l'avenir.