Endoscopy 2009; 41(02): 250
DOI: 10.1055/s-0032-1306727
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de S. Anandasabapathy et al., pp. 138

Further Information

Publication History

Publication Date:
15 March 2012 (online)

 

S. Anandasabapathy, D. Maru, S. Klumpp, R. Uthamanthil, A. Borne, M. S.Bhutani. Etude sur un modèle porcin d'une nouvelle fibre flexible à laser CO2 pour la destruction endoscopique de la muqueuse oesophagienne

Plusieurs techniques de destruction endoscopique de l'œsophage de Barrett ont été proposées: électrocoagulation au plasma argon, radiofréquence, thérapie photo-dynamique.

Les avantages de l'énergie laser CO2 sont bien connus: précision de coupe et de coagulation, minimum de diffusion thermique et donc peu d'effets délétères sur les structures adjacentes. Cependant l'utilisation de sondes semi rigides rend leur manipulation difficile en endoscopie digestive souple.

Cette étude du Mount Sinai de New York a pour but d'évaluer une nouvelle fibre flexible PBFA (Omniguide Inc, Cambridge Massachusetts, USA). Cette fibre a une longueur de 1.80m et un diamètre de 1.8mm qui permet un passage facile dans le canal opérateur d'un endoscope digestif souple et standard. Ce travail a été réalisé en 2 étapes: la première sur tissu ex vivo pour évaluer différentes puissances de laser CO2 (continu ou pulsé, 7-10-15-20 Watts) et plusieurs distances fibre-tissu (0-1-2-5-10 mm), la seconde sur 6 porcs sur lesquels a été réalisée une ablation circonférentielle d'oesophage distal de 6cm de longueur avec laser continu à 10W.

Le temps moyen de la procédure était de 24 min. L'animal était surveillé de 2 à 4 semaines.

Les résultats ont montré 1) que l'animal reprenait l'alimentation dans les 24H et ne présentait pas de dysphagie ni de perte de poids 2) qu'en 2 à 4 semaines, il y avait une réépithélisation complète de la muqueuse lésée 3) qu'une simple application du laser produisait une ablation complète de l'épithélium sur au moins 83% de la surface 4) que la profondeur de la taille allait jusqu'à la muscularis mucosae la plupart du temps 5) qu'une 2ème séance permettait une destruction de la muqueuse à 95%.

En conclusion, cette sonde prototype flexible de laser CO2 semble intéressante du fait du caractère homogène de l'ablation de la muqueuse, d'une faible pénétration donc d'un faible morbidité et enfin d'une réépithélialisation satisfaisante. Cependant, ces résultats doivent être interprétés avec précaution et une étude pilote chez l'homme va être mise en place. Une des limites de ce laser est le fort débit de gaz à 3 litres/min qui conduit à utliser un endoscope double canal pour faciliter l'aspiration.