Endoscopy 2009; 41(01): 95
DOI: 10.1055/s-0032-1306723
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de T. Ishizuka et al., pp. 25

Weitere Informationen

Publikationsverlauf

Publikationsdatum:
15. März 2012 (online)

 

T. Ishizuka, M. IshiharaS. Aiko, Y. Nogami, S. Nakamura, Y. KanataniS. KishimotoH. Hattori T. Horio, Y. TanakaT. Maehara. Evaluation expérimentale d'un hydrogel de chitosan photosensible (PCH) comme solution d'injection pour une résection endoscopique

La mucosectomie endoscopique (EMR) avec injection saline sous muqueuse est un traitement validé pour la résection en un bloc des polypes. Cependant la résection complète de lésion supérieure à 2cm est encore difficile. La dissection sous muqueuse (ESD) a permis d'augmenter le succès de la résection en bloc, mais au prix de perforations plus fréquentes.

Le chitosan est une solution visqueuse qui peut se polymériser sous un rayonnement ultraviolet et donner un hydrogel insoluble. Cette étude avait pour but d'évaluer chez l'animal la faisabilité et la sécurité de dissection sous muqueuse utilisant le PCH.

Deux groupes de six cochons ont été utilisés. Le premier groupe subissait une ESD avec une solution de PCH, l'autre groupe avec une solution saline hypertonique. Une résection de 30mm était réalisée. L'injection de PCH se faisait par une aiguille de 23 gauge comme pour la solution saline. 5ml étaient injectés en deux sites puis une irradiation par ultraviolet étaient réalisée pendant une minute en utilisant une fibre passée par le canal opérateur.

Avec injection de sérum salé l'élévation disparaissait en 10 minutes, alors qu'avec injection de PCH l'élévation de la muqueuse persistait au-delà de trois heures.

L' ESD après injection de PCH permettait de faire l'ablation de la plus grande partie de l'hydrogel et il n'y avait que peu de résidus dans les résections de 30mm. Aucune complication avec cette technique n'a été observée, de même avec la technique habituelle au sérum salé en dehors de quelques petits saignements. Les dissections sous-muqueuses avec la solution salée hypertonique étaient considérées comme plus difficiles. La taille moyenne des résections était comparable ainsi que le volume injecté (environ 10ml). Les cicatrisations observées à quatre et huit semaines étaient comparables.

Les auteurs considèrent que l' ESD réalisée avec le PCH a beaucoup d'avantages pour réaliser une résection en un bloc. Elle pourrait permettre de prévenir les perforations en faisant obstacle au courant de coagulation, et d'éviter les saignements. Ce travail nécessite d'être évalué sur des séries cliniques lorsque les tests de biocompatibilité du PCH auront été terminés.