Endoscopy 2010; 42(12): 1120
DOI: 10.1055/s-0032-1306713
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de J.-C. Saurin et al., pp. 1057

Further Information

Publication History

Publication Date:
20 March 2012 (online)

 

J.-C. Saurin, F. Pilleul, E. B. Soussan, T. Manière, P. N. D’Halluin, M. Gaudric, C. Cellier, D. Heresbach, J.-L. Gaudin, and the Capsule Commission of the French Society of Digestive. Néoplasies du grêle diagnostiquées par videocapsule chez des patients présentant un syndrome de Lynch

Ce travail prospectif contrôlé réalisé par la SFED en multicentrique visait à identifier les néoplasies détectables, dans le cadre d’une maladie de Lynch, au niveau de l’intestin grêle par vidéo-capsule. Trente-cinq patients porteurs d’une maladie de Lynch certaine (mutation délétère identifiée), tous n’ayant d’ailleurs pas encore développé de carcinome digestif ou gynécologique, ont eu consécutivement un examen de l’intestin grêle par entéroscanner (réalisé par des équipes de référence) et un examen par vidéo-capsule endoscopique (Pilcam SB2°). L’idée était de réaliser un dépistage de lésions asymptomatiques (ni douleur ni anémie) car l’on sait le risque (modéré, évalué à 4% en risque cumulé) d’adénocarcinome du grêle dans cette prédisposition génétique. L’examen par capsule était lu par 2 opérateurs différents dans chaque centre, et l’entéroscanner était lu une première fois dans le centre du patient et une seconde lecture de tous les scanners était réalisée par un seul radiologue expert. Le résultat de ce travail était la détection de 3 néoplasies prouvée histologiquement (2 adénomes, l’un de quelques mm, l’autre de1 cm de diamètre et pédiculé) et de 1 adénocarcinome T3N0M0 du grêle proximal. Seul l’adénocarcinome était suspecté sur une des 2 lectures d’entéroscanner. La concordance était bonne entre les 2 lectures de capsule vidéo (k = 0.78), mais très mauvaise entre capsule et entéroscanner comme entre les 2 lectures de l’entéroscanner. Sur cette série cependant trop courte, la capsule paraissait plus sensible et plus spécifique que l’entéroscanner pour le diagnostic de néoplasie de l’intestin grêle. De façon notable, une tumeur de l’intestin grêle peut n’être visible que sur une seule image faite par la capsule, d’où la nécessité de lire très lentement un film lorsque l’objectif est de détecter une tumeur de l’intestin grêle. Le risque d’une telle approche est de conduire à des examens agressifs inutiles sur de fausses images de capsule (images classées comme P1, ou incertaines, dans près d’un tiers des cas). Cependant, l’examen par capsule est probablement le seul moyen simple d’obtenir un diagnostic précoce d’adénocarcinome du grêle dans la maladie de Lynch, et donc d’améliorer le pronostic de cette complication.