Endoscopy 2010; 42(08): 994
DOI: 10.1055/s-0032-1306701
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de C. T. Lee et al., pp. 613

Further Information

Publication History

Publication Date:
20 March 2012 (online)

 

C. T. Lee, C. Y. Chang, Y. C. Lee, C. M. Tai, W. L. Wang, P. H. Tseng, J. C. Hwang, T. Z. Hwang, C. C. Wang, J. T. Lin. NBI dans le dépistage des carcinomes oesophagiens chez des patients atteints de cancer ORL

Le dépistage de carcinome oesophagien comme deuxième localisation des épidermoïdes ORL, doit être systématique. Il doit être effectué avec du lugol, colorant vital qui dépiste environ 6% de lésions dans cette indication. La chromoendoscopie virtuelle, en l’occurrence NBI, a surtout été utilisée pour le diagnostic de carcinome ou de dysplasie sur endobrachyoesophage. Le NBI pourrait être une alternative pour la détection de carcinomes epidermoïdes et est évalué dans cette étude Japonaise.

Les auteurs ont inclus 69 patients traités pour cancer ORL. Ils ont réalisé un examen en lumière blanche, puis en NBI, puis en NBI avec zoom. 21 patients (30,4%) avaient une néoplasie oesophagienne : 16 synchrones, 9 asymptomatiques, et 10 seulement (47%) étaient un cancer débutant. Les lésions étaient multifocales dans plus de la moitié des cas. Le NBI était plus performant que l’endoscopie conventionnelle, particulièrement pour la dysplasie. Les taux de sensibilité étaient respectivement pour l’endoscopie conventionnelle, le NBI, le NBI et zoom de 63%, 100%, 100% et pour la précision diagnostique de 64%, 86%, 95% .

Cette étude intéressante est discutable. En effet, la majorité des lésions néoplasiques mises en évidence étaient des carcinomes epidermoïdes. Or, l’endoscopie en lumière blanche n’est pas une bonne méthode sans coloration au Lugol. La valeur de cette étude en est d’autant dépréciée. On peut également noter, que même au pays du soleil Levant, moins de la moitié des lésions détectées étaient à un stade précoce…