Endoscopy 2010; 42(10): 883
DOI: 10.1055/s-0031-1291881
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de A. Kumaravel et al., pp. 800

Further Information

Publication History

Publication Date:
20 March 2012 (online)

 

A. Kumaravel, R. Lopez, J. Brainard, G. W. Falk. Brossage cytologie versus biopsie pour la surveillance des œsophages de Barrett

La surveillance endoscopique des endobrachyoesophages est destinée à repérer des zones de dysplasie ou de carcinome précoce. Les signes endoscopiques, même après coloration virtuelle ou chromoendoscopie sont souvent minimes et difficiles à mettre en évidence. Les protocoles de biopsies systématiques restent d’actualité. Ces protocoles (protocole de Seatlle) sont lourds avec une biopsie par quadrant tous les 1 à 2cm. Le brossage cytologique pourrait constituer une alternative dont le rendement est inconnu.

L’équipe de Cleveland a comparé le rendement de la biopsie selon le protocole de Seattle au brossage cytologique. Celui-ci était réalisé par brossage sur les 4 quadrants tout le long de l’EBO. Les prélèvements étant ensuite placé dans des flacons de cytologie monocouche (Cytolyt). 530 patients ont été inclus dans cette cohorte. La sensibilité de la cytologie pour la dysplasie était de 49% et la spécificité de 95%. Elle était meilleure pour la dysplasie de haut grade (82%) que pour la dysplasie de bas grade (31%). La concordance entre la cytologie et la biopsie était de 80% et la biopsie avait un taux de détection de dysplasie significativement meilleur.

La biopsie reste donc le gold standard. Cette étude a plusieurs carences méthodologiques: biopsie avant cytologie ou après (Cross-over ?), double lecture anatomo-pathologique (qui devrait être obligatoire pour le diagnostic de dysplasie)…En attendant, il n’est toujours pas possible de se libérer du fastidieux protocole de Seattle.