Endoscopy 2010; 42(06): 522
DOI: 10.1055/s-0031-1291861
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de F. Onogi et al., pp. 441

Further Information

Publication History

Publication Date:
20 March 2012 (online)

 

F. Onogi, H. Araki, T. Ibuka, Y. Manabe, K. Yamazaki, S. Nishiwaki, H. Moriwaki. Effraction aérique après dissection sous-muqueuse gastrique: évaluation par scanner

La perforation est une complication reconnue de la dissection sous-muqueuse, inférieure à 5% des cas. Mais il existe des passages de petite quantité d’air non reconnus au cours des procédures d’ESD. Les auteurs ont voulu évaluer le risque d’effraction aérique au cours des ESD par un scanner systématique réalisé le lendemain de la procédure.

246 patients ont eu une ESD gastrique, curative dans 219 cas. Une perforation endoscopiquement visible est survenue chez 2 patients (0,8%). Des radiographies simples ont mis en évidence de l’air chez 3 autres patients, non détectable endoscopiquement (1%). Par contre seul le scanner a pu mettre en évidence une effraction aérique minime chez 33 patients (13%). 36% d’entre eux avaient de la fièvre (vs 16% sans effraction aérique) traité par antibiothérapie sans recours à la chirurgie. La présence d’effraction aérique n’a pas allongé la durée d’hospitalisation. Elle était associée à une résection plus étendue, une procédure plus longue et une exposition plus fréquente de la musculeuse propre.

Cette série importante confirme un taux réel de perforation assez faible (<1%) dans cette indication. L’effraction aérique minime est assez fréquente avec un retentissement clinique faible. Elle justifie d’éviter cette procédure en ambulatoire mais ne justifie pas une recherche systématique, sous-évaluée d’ailleurs par la radiographie simple.