Endoscopy 2010; 42(03): 241
DOI: 10.1055/s-0031-1291840
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de C. Katada et al., pp. 185

Further Information

Publication History

Publication Date:
16 March 2012 (online)

 

C. Katada, S. Tanabe, W. Koizumi, K. Higuchi, T. Sasaki, M. Azuma, N. Katada, T. Masaki, M. Nakayama, M. Okamoto, M. Muto. Détetction par NBI dans cancers ORL et de la cavité buccale chez des patients avec cancer superficiel de l’œsophage

On sait que 10% environ des patients avec des antécédents de cancer ORL ont un cancer superficiel de l’œsophage. L’inverse est aussi vrai et l’équipe Japonais de Muto, spécialisée dans ce domaine s’est attachée à évaluer la détection de cancer de la cavité buccale et ORL par NBI. Ils ont évalué 112 patients avec antécédent de cancer de l’œsophage ou bien en cancer de l’œsophage en cours de traitement. L’examen par NBI de la cavité buccale, hyopharynx et pharynx a permis de détecter 13% de cancers superificiels. Ceci a pemis la résection locale de tumeurs d’une taille moyenne de 18 mm. Des zones iodo-négatives multiples après coloration au Lugol de l’œsophage étaient observées plus fréquemment chez les patients avec lésions ORL.

Cette étude confirme l’intérêt de rechercher des lésions associées ORL et oesophagiennes dans un sens ou dans un autre. Si la coloration au lugol reste le “gold standard” pour l’œsophage, le NBI pourrait être une bonne solution pour les muqueuses buccales et ORL avec une résection locale des lésions précoces. Il reste à évaluer clairement le NBI vs lugol pour l’œsophage…